Sélectionnez une page

Le Quinoa on adore, pour son profil équilibré en acides aminés essentiels qui en fait une source de protéines de premier choix. Cette pseudo-céréale, initialement produite et consommée dans les pays Andins est devenue très populaire en l’espace de quelques années.

Les français en consomment environ 2000 tonnes par an, dont les 2/3 sont importées du Pérou ou de la Bolivie. Il y a surement mieux pour le bilan carbone (même transporté par bateau).
La production française se développe principalement dans la région d’Anjou mais il est bien d’implanter le quinoa dans de nouvelles régions pour proposer une offre locale. Alors, nous saluons l’initiative de Marie-Laure Savouré Guy, qui vient de lancer une production de Quinoa en Champagne.

Du quinoa français, le pari fou de Marie-Laure

 

Bonjour Marie-Laure, pourrais-tu te présenter en quelques mots pour nos lecteurs s’il te plait :

Bonjour à tous les lecteurs !

Je suis Marie-Laure, agricultrice depuis peu, maman également, passionnée demarie laure Fotor nature et de bons repas ! J’aime faire des choses de mes mains, faire pousser des plantes dans mon jardin ou dans mes champs, et concocter de bon petits plats pour ma famille avec des produits sains, peu transformés et locaux.

Alors naturellement, après avoir travaillé 10 ans dans des structures de R&D agricoles, j’ai voulu revenir aux sources et cultiver des cultures originales. Je me suis installée sur l’exploitation agricole familiale dans l’Aube, en juillet 2017. Et j’ai démarré les productions de mes petites graines !

Je voulais produire des graines pour l’alimentation humaine, qui soient saines, goûteuses, peu courantes, non transformées et produites localement. J’ai d’abord choisi le quinoa, mais aussi depuis cette année la lentille noire Beluga et le lin brun.

 

Pourquoi le Quinoa ?

« Je privilégie toujours la proximité géographique et le contact avec le producteur dans mes achats »

J’ai choisi le quinoa parce que c’est une plante formidable et parce que j’aime en manger !

Tout d’abord, c’est une plante qui peut pousser dans nos sols et sous notre climat mais dont la culture en France est récente et assez peu courante. Il y a peu de production française malgré une consommation qui augmente.

Et moi, je trouve vraiment dommage de faire venir des produits alimentaires de l’autre bout du monde, alors que l’on est capable de les produire localement en France.
A titre personnel, je privilégie toujours la proximité géographique et le contact avec le producteur dans mes achats alimentaires.

Cette culture m’a également plu parce qu’elle est nouvelle et originale. Comment se comporte la plante ? Quand ont lieu le semis et la récolte ? Avec quelles variétés ? Y a-t-il des insectes ravageurs ?

Beaucoup de questions se posent et nécessitent de se creuser les méninges, d’observer, d’expérimenter, de tester soi-même dans les champs. Et ça, ça me plaît.

Finalement, j’ai aussi choisi le quinoa parce que c’est bon ! Cette graine a de réels atouts nutritionnels : sans gluten, riche en protéines, acides aminés essentiels, minéraux… Il peut être cuisiné de multiples façons et permet de diversifier notre alimentation.

C’est une production délicate à réussir ?

Le quinoa est essentiellement produit en Bolivie et Pérou, et on l’imagine pousser uniquement sur les hauts plateaux andins… Mais en réalité, il existe de nombreuses variétés de quinoa adaptées à des milieux très variés (chauds, froids, secs, salés etc.).

L’enjeu est d’abord de trouver les bonnes variétés pour cultiver en France, dans l’Aube notamment. Une fois ce choix fait, nous sommes toujours soumis aux aléas du climat… Le quinoa n’aime pas du tout les fortes chaleurs au printemps ou l’humidité en été, qui peuvent anéantir la récolte.

Ensuite, j’ai fait le choix de produire le quinoa, et les autres petites graines également, sans pesticides. Autant dire que ça ne me simplifie pas la tâche, avec beaucoup de désherbage à la main ! Mais cela est aussi très intéressant car j’expérimente d’autres manières de produire.

Alors, oui, le quinoa est une production délicate à réussir mais quand elle réussit, quelle satisfaction !

Comment s’est passée la 1ere récolte ?

Ma 1ère récolte a eu lieu en 2016 et elle était magnifique ! Une belle qualité et beaucoup de grains. Dommage que je n’avais qu’une petite surface pour commencer.

Ma 2ème récolte en 2017 a été catastrophique : aucune récolte à cause du mois d’août très pluvieux.

Et cette récolte 2018 est aussi très belle, la qualité est au rendez-vous. J’ai également récolté des lentilles Beluga et du lin brun.

champs quinoa

Et côté commercial, comment es-tu organisée ?

L’idée est de créer une gamme avec plusieurs sortes de graines originales et produites localement à la ferme, vendues sous la marque « Grains de nature ».

Je commercialise mes productions en direct ou circuit court : à la ferme et sur quelques marchés, en magasins de producteurs ou de produits locaux, dans le réseau Locavor… Je souhaite aussi développer la vente via mon site internet. Vous y retrouverez d’ailleurs tous mes points de vente.

« Je commercialise mes productions en direct ou circuit court »

As-tu des retours de la part des consommateurs ?

Oui, c’est l’intérêt de la vente en direct ! Les consommateurs trouvent mon quinoa différent de celui qu’ils achètent habituellement dans le commerce. Il a vraiment plus de goût (un quinoa au vrai goût de quinoa !) et se tient mieux à la cuisson.

Ils sont aussi satisfaits de pouvoir échanger sur cette culture qui est très peu connue. Par exemple, beaucoup pensent que le quinoa est une céréale, alors qu’en réalité c’est une plante de la famille des betteraves et des épinards ! Je leur montre des photos et ils ne l’imaginaient pas du tout ainsi !

Tes objectifs pour 2019 ?

Déjà, commercialiser ma production de cet été.
Et je souhaite aussi développer ma gamme de graines, en cultivant en 2019 une nouvelle graine originale et locale. Des idées ? Des envies ?

Pour finir, aurais-tu une recette à nous proposer pour sublimer ton quinoa ?

Je décline le quinoa aussi bien salé que sucré, en bouchées apéritives, salades, plats complets (quinoa courgette etc.), gâteaux mais… Voici une recette de butternut que j’aime beaucoup en ce moment car elle est de saison et elle est trop bonne !

recette quinoa butternut

Quinoa épicé à la butternut

Pour 6 personnes :

  • 300 g de quinoa Grains de nature (poids non cuit)
  • 500 g de butternut
  • 2 branches de céleri branche
  • 30 g de beurre
  • 6 verres de bouillon de légumes
  • 2 oignons émincés
  • 3 gousses d’ail écrasées
  • 1 c. à s. de curcuma
  • 1 c. à c. de cumin
  • 1 cm de gingembre frais finement haché
  • 1 pincée de piment
  • Sel et poivre

Peler et couper la butternut en dés, couper les branches de céleri en tronçons d’environ 0,5 cm. Faire revenir les légumes dans une cocotte avec le beurre, à feu moyen. Ajouter les oignons, l’ail, le curcuma, le cumin et le piment. Laisser cuire 5 min.

Rincer le quinoa Grains de nature. L’ajouter aux légumes et verser le bouillon petit à petit. Faire cuire à feu doux et à couvert, remuer souvent. Ajuster la quantité de bouillon pour obtenir la consistance souhaitée. Quand le quinoa est cuit, ajouter le gingembre.
Servez chaud !

Pour découvrir d’autres recettes, rendez-vous sur le site grain de nature. 

Les 5 points à retenir :

  • Le quinoa n’est pas une céréale mais une plante de la famille des betteraves et des épinards
  • Un quinoa bio adapté à notre climat avec le gout de son terroir
  • Un quinoa produit en Champagne (plus besoin de le faire venir de Bolivie ou du Pérou !)
  • Une valeur nutritive exceptionnelle : sans gluten, riche en protéines, en acides aminés essentiels et en minéraux
  • Les 2/3 du quinoa consommé en France sont importés avec un bilan carbone très élevé

Merci à Marie Laure d’avoir répondu à nos questions et de nous avoir fait découvrir ses produits. Rendez-vous sur le site Grains de nature pour en savoir plus.

Nous espérons que cet article vous a plu.
D’ailleurs comme nous savons qu’il est compliqué de consommer 300g de Quinoa par jour, nous avons conçu la gélule 3 acides aminés qui vous apporte autant que 50g de Quinoa. Nos gélules permettent la couverture des besoins pour les 3 acides aminés fréquemment limitants dans les régimes végétariens et vegans (Lysine, Méthionine, Cystine).

N’hésitez à nous rejoindre sur les réseaux sociaux pour vous tenir au courant de notre actualité.

L’equipe Argalys