Le Syndrome de L’Intestin Irritable (SII) et FODMAPs

9 Fév 2022 | Nutrition | 0 commentaires

Dans les pays occidentaux, le syndrome de l’intestin irritable concerne 4 à 15% des populations, selon la façon dont sont recensés les troubles.
15% de la population est concernée si on prend en compte les inconforts intestinaux et les ballonnements et seulement 4% selon la nouvelle norme médicale (Rome4) qui ne prend en compte que les douleurs et troubles du transit.

Bien que ce syndrome affecte un grand nombre de personnes, son origine précise reste difficile à déterminer.
Dans cet article, nous allons revenir sur la définition, les origines et les moyens actuels pour éliminer ou minimiser les effets du SII.

Qu’est-ce que Le Syndrome de l’Intestin Irritable (SII) ?

Le syndrome de l’Intestin Irritable (SII) est aussi connu sous le nom de « colopathie fonctionnelle » en France ou encore « côlon irritable ».

Il s’agit des troubles chroniques du système digestif qui se manifestent au niveau de l’intestin et particulièrement au niveau du colon par une série d’inconforts variables et non spécifiques, d’origine non inflammatoire mais récurrents.
Les symptômes peuvent être :

  • Ballonnements,
  • Douleurs abdominales,
  • Selles irrégulières (diarrhée ou constipation).

Ce syndrome est  fréquent puisqu’il concerne 4 à 15% de la population des pays occidentaux.

On observe cependant qu’il y a un gradient de problèmes d’intensité plus ou moins aiguë d’un individu à l’autre mais dans tous les cas, on remarque une prévalence marquée chez les femmes de moins de 45 ans.

L’origine et cause principale du SII : une digestion incomplète

Le SII n’est pas relié à une cause pathologique précise, en revanche certains facteurs sont associés à son apparition :

  • Stress
  • Prise répétée d’antibiotiques
  • Alimentation irrégulière, snacking
  • Suite d’une infection intestinale.

Pour simplifier : le déclenchement du SII est principalement lié à l’arrivée d’un excès de nutriments fermentescibles dans le Colon.

Il résulte de cet excès une suractivité microbienne dans le colon qui est à la base des inconforts ressentis.

Il y a 3 causes principales qui souvent se cumulent pour expliquer ce problème (et y remédier) :

  • Une digestion incomplète des aliments : qui peut se corriger en adoptant de bonnes pratiques alimentaires (repas structurés, mastication suffisante pas de snacking /grignotage) pour permettre à l’ensemble de la chaine digestive, dont l’estomac d’accomplir correctement leur fonction.
  • Une flore intestinale déséquilibrée.
  • Un excès de nutriments fermentescibles (les FODMAP, voir explication ci-dessous) qui arrivent en quantité trop importante dans le colon et déclenchent des fermentations bactériennes inconfortables.

On notera que les aliments irritants (les FODMAP) sont plus à classer parmi les éléments qui entretiennent le syndrome de l’intestin irritable plutôt que dans ceux qui le déclenchent initialement. Cette distinction est importante pour comprendre les différentes étapes et actions qui vont aider à faire disparaitre ou diminuer le SII.

Comment diminuer les symptômes du Syndrome de l’intestin irritable ?

La première solution pour calmer ces inconforts rapidement est toujours de diminuer très fortement la quantité de FODMAP ingérés, tout en agissant sur les deux premiers facteurs (digestion et flore) pour retrouver progressivement une alimentation complète sans inconforts !

Dans tous les cas :

  • un régime “zéro Fodmap” n’est pas possible, ni envisageable à moyen terme. Les Fodmap étant indispensables au bon équilibre de la flore intestinale du Colon et à notre santé ( pour la synthèse de la vitamine K, l’absorption du Calcium etc.).
  • La phase de régime pauvre en Fodmap est simplement la première étape d’un retour progressif à la normale.

Les FODMAP : définition

FODMAP est l’acronyme anglais de Mono, Di,Oligosaccharides et Polyols Fermentescibles : une catégorie de glucides faiblement digérés dans l’intestin grêle mais indispensables à la flore bactérienne du colon.

Le fructose des fruits et légumes, le lactose des produits sont des FODMAP, qui se retrouvent un peu partout dans notre alimentation. Voir les quelques exemples ci-dessous :

  Aliments conseillés (pauvres en FODMAP)Aliments déconseillés (Riches en FODMAP)
Huiles végétalesJus de fruits, ketchup
Proteines animales (viande, œuf,poisson)Fruits à coque
Riz, pommes de terre, quinoaBlé, lentilles, haricot en grain
Haricots verts, épinards,auberginesFenouil, pois,
Ananas, raisin, melonPomme,poire, abricot,cerises
FromagesLait, crème fraiche
Pains traditionnelsCrackers, snacks

 Vous n’avez pas bien saisi les subtilités entre “FODMAP” et “NON FODMAP” ?

Rassurez-vous c’est normal car en pratique tous les aliments glucidiques en contiennent, plus ou moins.
C’est la raison pour laquelle un accompagnement par un Diététicien-Nutritionniste est très conseillé pour définir et suivre les modalités de la cure et concevoir des repas cohérents.

Rappelons que cette phase est transitoire et doit s’inscrire dans un programme plus large pour rééquilibrer l’ensemble de votre processus digestif.

Adapter son régime alimentaire ?

Voici quelques astuces pour adapter votre régime alimentaire facilement :

  • A court terme :
    •  Calmer les irritations en adoptant un régime pauvre en FODMAP (2 à 4 semaines)
    • Modifier durablement vos habitudes alimentaires pour améliorer l’ensemble du processus digestif
      • Veiller à une bonne hydratation avec des prises modérées et régulières en dehors des repas ;
      • Limiter la consommation d’eau pendant les repas car elle dilue l’acide gastrique et diminue d’autant l’efficacité de la digestion stomacale ;
      • Prendre des repas structurés, assis, en prenant le temps de mastiquer.
      • Eviter les aliments perturbants pour la flore intestinale (aliments et boissons ultra transformées en premier lieu).
      • Eviter le grignotage à tout moment de la journée : il ne permet pas le fonctionnement correct de l’estomac et en conséquence, apporte dans l’intestin grêle beaucoup de nutriments mal pré-digérés, commencement de nombre de problèmes intestinaux, dont le SII.
  • Après 2 – 4 semaines
    • Réintroduire progressivement tous les aliments FODMAP en minimisant la part des ultra transformés et riches en conservateurs ;
    • Rééquilibrer la flore intestinale avec des cures de ferments lactiques.
    • Continuer d’observer les bonnes pratiques alimentaires.

Intestin Irritable ou SIBO ?

Le SIBO (ou Small Intestinal Bacterial Overgrowth, en anglais) est un syndrome fréquemment assimilé au syndrome de l’intestin irritable bien que d’expression sensiblement différente.
Il désigne en réalité une prolifération dans l’intestin grêle de bactéries qui se trouvent normalement majoritairement dans le côlon, entraînant une fermentation excessive, de l’inflammation et de la malabsorption.

Hors cause pathologique (à vérifier avec votre médecin en cas d’apparition soudaine) l’adoption des conseils ci-dessus est également une première étape nécessaire pour rééquilibrer l’ensemble du processus digestif et permettre une correction sans recourir aux antibiotiques fréquemment prescrits lorsque les symptômes sont aigus.

Les probiotiques pour lutter contre l’intestin irritable ?

Les compléments alimentaires peuvent diminuer les troubles digestifs.

La formule Vegaflore de notre gamme Argalys Essentiels associe des flores lactiques véganes bien adaptées pour le rééquilibrage du microbiote.
Le Vegaflore contient 0.1 gramme de Fructo Oligo Saccharides (FODMAP) par gélule. Cette quantité est très faible par rapport aux teneurs alimentaires.
Il est donc possible d’utiliser le Vegaflore dès la phase initiale de rééquilibrage avec une gélule par jour, puis accroitre progressivement jusqu’à une gélule/repas jusqu’à ce que le transit et l’équilibre intestinal soient redevenus normaux.

Quelques liens pour en savoir plus :

Notre Essentiels idéal pour le syndrome de l’intestin irritable :

Vegaflore image article blog
Le Vegaflore 60 gélules

Produit du moment

Je m’inscris pour recevoir la newsletter

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actus & infos

L’efficacité du Palmier nain sur la chute de cheveux

L’efficacité du Palmier nain sur la chute de cheveux

Qu’elle survienne chez l’homme ou la femme, la chute de cheveux excessive peut être source de complexes ou de stress pour les personnes concernées. Bien que son origine puisse être liée à de nombreux facteurs, dans la majorité des cas, il s’agit d’un déséquilibre hormonal.

lire plus

Pin It on Pinterest